lundi 12 décembre 2016

Comment plisser un kilt ?

Après plus d'un an de silence sur ce blog, j'ai reçu le plus beau des commentaires, de la part d'une lectrice que je n'ai jamais rencontrée. ça m'a fait un truc mes amis ! Je me sens reboostée pour des mois. Je ne suis pas certaine de tenir la cadence mais j'ai pris la résolution de finir et mettre en ligne les 250 articles en attente depuis des mois. Même si tout n'est pas léché-neuf-gavé de super photos, ça sera toujours plus utile en ligne que dans les brouillons de blogger.
Je ne vous connais pas, mais je vous embrasse.

Et pour commencer, une nouvelle occasion de déclarer mon amour des mathématiques en général et à la géométrie en particulier :-)

Ces recherches et expérimentations remontent à l'été/automne 2015, lorsque j'ai cousu un kilt pour Jean dans la perspective de notre participation au GN Highlands.

Il y a d'innombrables façons de plisser un kilt, mais celle qui est à la fois la plus simple et, pour moi, la plus emblématique d'un kilt consiste à enchaîner des plis plats, tous dans le même sens. Pour votre information, ça s'appelle un "knife pleated kilt". Il y a par contre une contrainte importante concernant le motif : un kilt de qualité est plissé de façon à ce que le motif soit reconstitué sur les parties visibles du pli. Pour vous faire une idée de ce que je raconte, je vous renvoie vers les magnifiques kilts de Lady Chrystel.

Pour commencer vous devez :
  • mesurer la largeur du motif de votre tartan. Le mien fait 6,8 cm (voir photo)
  • choisir la largeur de vos plis. Plus les plis sont étroits, plus le kilt sera ample et lourd. J'ai opté pour des plis de 4 cm, c'est beaucoup mais n'ayant que 3 m de tissu, je ne pouvais pas faire des plis plus étroits.

Ensuite, faites deux gabarits : un de la largeur des plis (4 cm) et un multiple de vos motif (pour moi 2 x 6,8 cm). La reine des schémas sur Paint ayant encore frappé, voici le résumé :
 
 
 
Chose importante : le premier pli doit être dans le sens opposé à tous les autres. 

Pour finir mon kilt, j'ai choisi de coudre les plis jusqu'aux hanches (couture à la main, point invisible). Cela n'a rien d'obligatoire mais donne un peu de tenue quand votre lainage est un peu juste en grammage. Le tout est ensuite monté sur une ceinture et agrémenté de fermetures en cuir et d'une broche (à chardon of course!).

Et voici le résultat, vu par Jérôme Verdier (Crédits photos : Jérôme Verdier 2015)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire